LE LEADERSHIP N’EST NI MASCULIN NI FÉMININ, IL EST HUMAIN.

Le leadership est un concept vaste, évolutif et adaptable au temps et à l’espace dans lequel on évolue. Il serait illusoire de vouloir l’appréhender dans toute sa composante. Néanmoins, nous pouvons dans une large majorité accepter l’idée selon laquelle le leadership est la capacité d’un individu à influencer, guider, et conduire d’autres personnes en vue d’atteindre un objectif. Le leadership est donc rattaché aux Hommes. Il ne peut donc être confiné entre les mains du genre masculin même si cette pensée a longtemps dominé nos sociétés. Aussi bien l’homme que la femme peut faire preuve de leadership parce qu’ils sont tous deux des humains.

Nzinga du Ndongo et du Matamba (1583 – 1663 ), fut reine du royaume de Ndongo et du royaume de Matamba dans l’actuel Angola

ON NE NAÎT PAS LEADER, ON LE DEVIENT.

Le leadership est un art. En ce sens, il peut s’apprendre. Il exige également de la pratique afin de l’affiner et le renforcer. Tout être humain, a donc la possibilité de prétendre à la position de leader à condition d’acquérir par l’apprentissage ou la pratique les qualités nécessaires à son usage.

LE LEADERSHIP EST UN ENGAGEMENT.

SE ELLEN JOHNSON SIRLEAF, EX PRÉSIDENTE DE LA RÉPUBLIQUE DU LIBERIA

Le leadership est avant tout un engagement à servir sa communauté, son groupe d’appartenance, son pays où les personnes qui acceptent d’être sous votre autorité. Comme l’affirme Ken Blanchard, celui qui veut devenir un grand leader doit se mettre au service des autres. Tout le monde peut le devenir, car chacun peut servir. Ce choix, de servir sa communauté et d’apporter sa pierre à l’amélioration de la vie de ses contemporains et des futures générations n’incombe pas exclusivement aux hommes. Il est aussi celui des femmes. Même si cela a longtemps été occulté, notre histoire collective nous enseigne l’histoire de femmes remarquables qui ont fait preuve d’un grand leadership.

LE LEADERSHIP EST UNE VISION.

DANIÈLE HENKEL, FONDATRICE ET PRÉSIDENTE DES ENTREPRISES HENKEL.

Chaque communauté est confrontée à un moment donné de son histoire à des problématiques dont l’urgence nécessite l’intervention D’HOMMES de vision qui ont la capacité de guider les autres vers le changement souhaité. Il faut être clair que par « HOMMES » , nous parlons d’hommes et de femmes. Une femme peut alors proposer une vision à accomplir ensemble. La femme est une partie intégrante de toute société, il serait dangereux, pour une société qui aspire au développement, de vouloir museler les femmes. Elles possèdent les compétences et ont une grande capacité à mobiliser les intelligences autour d’elle pour atteindre leurs objectifs.

Le leadership est fait par les Hommes pour les Hommes et avec les Hommes. Il n’est ni masculin ni féminin. Il est humain.

Publicités

10 LEÇONS DE RÉUSSITE QUE NOUS ENSEIGNENT LE FOOTBALL.

Ballon officiel CAN 2019

Onze joueurs. Un terrain rectangulaire. Des tribunes gigantesques. Des milliers de fans à travers le monde. Des sponsors qui frappent chaque jour à la porte des équipes. Les gros transferts. L’excitation des matchs. Il est le rêve de millions de jeunes. Il s’appelle le football.

Le football est considéré comme le sport le plus populaire du monde. On a tous ou presque déjà visionné un match de foot à la télé soit pour soutenir notre club favori ou notre nation. La Coupe d’Afrique des nations a débuté et nous suivons les matchs de football avec attention, mais que peut nous apprendre le football dans notre quête de réussite ?

Voici 10 leçons que j’ai apprises au travers du football.

Leçon 1 : Avoir un coach

Ronaldo et son coach Zidane- Real Madrid

Certains joueurs ont un énorme talent, d’autres ont un immense potentiel. Mais qu’on soit dans la première ou dans la seconde catégorie, tout joueur a besoin d’un coach pour l’aider à progresser et atteindre le haut niveau. Dans notre quête de réussite, nous avons besoin de personnes qui pourront faire ressortir notre potentiel, nous recadrer, nous conseiller afin qu’on puisse atteindre efficacement nos objectifs.

Leçon 2 : Un joueur ne fait pas une équipe

L’équipe Argentine et son leader technique Lionel Messi

Quel que soit son talent, son génie et sa bravoure, un joueur ne peut gagner à lui seul un match. L’attaquant est celui qui marque les buts. Mais pour que le ballon arrive à l’attaquant, il faut qu’il passe successivement par le gardien de but, les défenseurs et les milieux de terrain avant d’atteindre l’attaquant. Mais marquer des buts ne garantit pas forcément la victoire, il faut après défendre en équipe. Apprenons, ici, que pour aller loin dans la vie, nous devons nous allier à des personnes qui ont d’autres compétences que nous ne détenons pas.

Leçon 3 : Courir pour le but

Neymar sur le point de marquer un but.

Sur un terrain de football, les joueurs ne courent pas par hasard. Chaque joueur court dans une zone bien précise pour récupérer le ballon dans l’unique objectif de marquer des buts. Et vous ? Pour quoi courez-vous dans cette vie ? Avez-vous réellement un but bien défini ?
Faisons comme des joueurs de foot, courons pour le but.

Leçon 4 : Surmonter les obstacles

Vinicuis Jr surmonte  » l’obstacle  » Busquets. Classico

Lorsque deux équipes se rencontrent chacune développe un système de jeu pour empêcher l’autre équipe d’atteindre son objectif. Mais chaque équipe travaille à chercher le point faible de l’équipe adverse afin de marquer le but victorieux et obtenir la victoire.
Dans notre vie, aussi, nous faisons face à des obstacles. Nous devons analyser chaque obstacle de façon calme et réfléchie afin de déceler les points faibles de cet obstacle. Ainsi pouvons-nous le détruire ou le surmonter.

Leçon 5 : s’entraîner en privé, produire en public

Séance d’entraînement- Éléphants de Côte d’Ivoire.

Le jeu que produisent les joueurs de football lors d’un match officiel est le fruit de leur longue séance d’entraînement. Rien ne s’improvise. Les schémas de jeu, les différents tireurs, les possibles remplacements sont définis à l’avance par le coach et son staff.
Nous devons chaque jour nous entraîner pour être les meilleurs dans notre domaine de compétence. Il faut chaque jour apprendre davantage et anticiper les changements dans notre secteur d’activité afin d’être toujours utile.

Leçon 6 : Respecter les règles du jeu

Expulsion

Dans le football, lorsqu’un joueur ne respecte pas les règles du jeu ou porte atteinte à l’intégrité physique d’un autre joueur, il se voit expulser. Si vous souhaitez construire des relations durables dans les affaires, respectez les règles du jeu et soyez honnêtes. Les règles établies permettent de favoriser un environnement favorable à tous. Si vous les violez, les autres se ligueront contre vous et vous serez aussi expulsé comme un joueur de football.

Leçon 7 : Avoir des supporteurs

UN fan du Liverpool FC

Toute équipe de football a des supporteurs. Ces supporteurs jouent un rôle important, car ils donnent la force aux joueurs de continuer leurs efforts.
La vie n’est pas une ligne droite. Il y aura des moments difficiles. Dans ces moments, nous avons besoin de personnes qui nous galvanisent, nous rassurent de leur soutien et nous aident à croire en l’avenir. Entourez vous de personnes qui savent vous motiver à atteindre vos objectifs. Abandonnez les sceptiques et les esprits toxiques.

Leçon 8 : On peut être remplacé

Banc de touche -PSG

Dans un match de foot, lorsqu’un joueur quel que soit son talent ne donne pas le rendement souhaité sur le terrain ou montre des signes d’épuisement, il est remplacé et le match continue. Il arrive même que l’équipe joue en moins, mais le match continue. Cela nous apprend que nous devons chaque jour répéter nos performances. Pour cela, il ne faut pas penser que tout est acquis. Il faut continuer à travailler et donner le meilleur de soi-même. Il faut se rendre indispensable, car nul n’est irremplaçable.

Leçon 9 : Connaître sa position

Composition d’équipe

Sur un terrain de foot, un joueur ne peut couvrir tous les postes. Il occupe un poste et essaie d’être le meilleur à ce poste. Dans notre recherche du succès, il ne faut pas se disperser. Il faut rester focaliser sur un objectif à la fois. Il faut préférer être spécialiste que généraliste.

Leçon 10 : Célébrer ensemble

Victoire finale- CAN 2015

Les équipes de football célèbrent chaque victoire à chaque match jusqu’à la victoire finale. C’est une façon de se motiver pour l’échéance à venir. À l’heure de la célébration, on oublie personne. On associe tout le monde à la célébration. L’entraîneur, son staff, les dirigeants, les supporters sont tous victorieux parce qu’ils ont contribué à la victoire de leur équipe, chacun à sa façon.
Nous devons apprendre à célébrer les petites victoires. Mais n’oublions surtout pas de rester toujours concentrer et d’appeler les personnes qui nous ont aidé à partager notre joie.

Lire aussi https://sakralead.home.blog/2019/06/18/se-pardonner-pour-mieux-vivre/

Maintenant, ne regardez plus le football avec le même oeil. Appropriez-vous, à votre convenance, ces dix leçons. Et n’oubliez pas de mentionner en commentaire d’autres leçons que vous avez apprises au travers du football.

SE PARDONNER POUR MIEUX VIVRE

Le pardon est une expression simple sauf dans son application. C’est un remède dont tout le monde loue les vertus miraculeuses. Mais se l’approprier semble être une montagne impossible à gravir. Les gens affirment aujourd’hui comme hier qu’il n’est pas aisé de pardonner le mal qu’on nous fait. Pourtant le poids qu’on porte en gardant ses rancunes, ses blessures et ses déceptions est réel et éprouvant. Qu’on l’admette ou qu’on l’ignore, lorsqu’on n’arrive pas à pardonner, on n’est prisonnier de ce poids. On y pense. On y repense. On l’a enfoui à l’intérieur et il fait mal. Il est temps pour nous de guerrir.

POURQUOI PARDONNER ?

Le pardon est une puissance qui nous libère. En effet, pardonner nous reconcilie avec nous-mêmes. Nous retrouvons notre paix intérieure. Il nous libère des effets destructeurs de la haine.
Il peut aussi arriver que celui qui nous offense se réjouit de notre mal. Dans ce cas, le pardon est comme un cadeau que nous nous offrons pour apaiser notre douleur.

À QUI PARDONNER ?

LE PARDON À AUTRUI.

Il s’agit de notre alter-ego. Ce peut être notre conjoint, notre meilleur ami, nos enfants, nos collègues, un inconnu ou même un défunt. Souvenons-nous que nous ne faisons pas que du bien autour de nous. Accordons aux autres, ainsi qu’à nous-mêmes le droit à l’erreur.

LE PARDON À SOI-MÊME.

Le pardon à soi-même est trop souvent négligé. Se pardonner à soi-même revient à cesser de s’accuser dans son cœur, de s’accepter tel qu’on est avec nos qualités et défauts. Nous avons constamment à notre égard un regard critique et négatif. Commençons à nous aimer et à nous faire confiance.

Lire aussi https://sakralead.home.blog/2019/06/12/cest-quoi-la-conception-redaction/

COMMENT PARDONNER ?

Le pardon n’arrive pas tout seul, la guérison non plus. Voici 6 étapes à explorer pour y parvenir.

ETAPE 1 :  » J’EN VEUX À… « 

Que vous ayez été abusé, battu, abandonné, trompé, licencié, rejeté ou critiqué, par vos parents, votre patron, ou simplement par vous-même… vous vous êtes senti blessé. Sans peut-être l’avoir exprimé à voix haute, vous avez mal. Permettre à ces émotions pénibles de faire surface et réaliser qu’elles existent est une étape nécessaire.

ÉTAPE 2 :  » J’AI MAL PARCE QUE… »

Ici aussi, il importe de laisser ces émotions s’exprimer. Éviter d’éprouver ses sentiments peut engendrer des problèmes comme la boulimie, la distraction au travail, des dépenses inconsidérées, la maladie ou la dépression.

ÉTAPE 3 :  » JE SUIS INQUIET, EFFRAYÉ, TOUCHÉ… »

Après être entré en contact avec sa propre douleur, il est fréquent de ressentir la peur ou l’inquiétude. Sachez avant tout que ce tunnel a toujours une fin. Respirez, détendez-vous, reconnaissez que vous allez faire face à la situation, que vous vous en sortirez sain et sauf.

ÉTAPE 4 :  » J’Y SUIS POUR QUELQUE CHOSE « 

Voilà qui semble pénible mais c’est votre ticket de sortie. Lorsque vous êtes prêts à prendre une part de responsabilité, vous êtes au bout de vos peines. Avant cela, vous êtes coincé. Abandonnez la culpabilité et le ressentiment. Reconnaissez que vous y êtes pour quelque chose dans la situation.

Étape 5 :  » QUELLE EST MON INTENTION ? « 

C’est le moment où vous transformez la contrariété et la douleur d’origine, et créer ce que vous vous à la place. Vous pouvez abandonner la façon dont vous fonctionnez dans le passé et affirmer un choix différent. Pour formuler votre intention, clarifier ce qui compte vraiment pour vous.

ÉTAPE 6 :  » JE SUIS RÉCOMPENSÉ !  »

Un matin, vous vous réveillez et vous avez l’impression que vous êtes moins tendu, que votre respiration est plus aisée, votre cœur plus ouvert. Vous ressentez une joie et une paix inhabituelles. C’est votre récompense pour avoir pardonné.

Donnez-vous la chance de vivre une existence plus épanouie. Pardonnez !

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=2019111028195235&id=100002890725659

Petit Éloge de la responsabilité

C’est quoi la conception-rédaction ?

Le métier de concepteur-rédacteur est très peu connu sous nos horizons. Pourtant, le travail de ces spécialistes du texte donne du rythme au quotidien des agences de communication. Ce métier me passionne, car il mobilise l’esprit au service d’une vision ou d’une cause. Il sait créer l’inattendu et influencer jusqu’à nos décisions. Si vous avez déjà été ébloui par une phrase choc sur un panneau publicitaire ou marqué par un slogan alors vous avez déjà profité de l’inspiration d’un concepteur-rédacteur.
Découvrons ensemble ce métier passionnant.

LE CONCEPTEUR-RÉDACTEUR ?

Le concepteur-rédacteur ou copy-writter est celui qui s’occupe de la conception et la rédaction des messages de communication. Il crée le slogan accrocheur ou le message choc qui permettra de convaincre un public cible.

UN HOMME INSPIRÉ…

Le concepteur-rédacteur incarne la créativité. Pour cela, il lui faut une bonne dose d’inspiration. Il puise cette inspiration dans son environnement en s’appuyant sur les modes, les goûts du public, l’histoire d’un peuple ou encore les phénomènes de société. Aussi doit-il avoir le sens des mots.…

SA MISSION…

Il conçoit le message approprié pour les différents supports. Il doit résumer la stratégie commerciale du client en une idée forte, simple et originale.

SA ZONE D’INTERVENTION…

Le concepteur-rédacteur travaille généralement en agence. Il est en collaboration directe avec le directeur artistique. Il peut aussi collaborer avec les médiaplanneurs.

UNE ACTIVITÉ EN TROIS POINTS…

Point 1 : évaluation du besoin du client.

Le concepteur-rédacteur prend d’abord connaissance des informations relatives au brief créatif. Il analyse, par la suite, l’entreprise cliente, ses valeurs, son image, les précédentes campagnes réalisées, le marché, la cible et les campagnes des concurrents. Il sera encore à la tâche pour suivre les délais et les éventuelles contraintes techniques.

Point 2 : création du concept.

À ce stade, il planifie, analyse, créé et vérifie. En effet, il planifie les phases de création et analyse l’actualité nationale et internationale afin de s’en inspirer. Il gère des groupes de travail pour stimuler la créativité. Ce travail précédent lui permet de créer le slogan en rapport avec les valeurs et l’image de l’entreprise. Il crée le style du message en rapport avec le son et les images développées pour la campagne publicitaire. Il vérifie avant toute campagne que son message ne ressemble à aucun autre. Il présentera la campagne, expliquera ses choix et devra trouver l’argumentation percutante pour convaincre le client.

Point 3 : suivi de la production

Il supervise la production en s’assurant que la mise en pages, le format ou encore la police sont réalisés comme convenu. Il est également présent lors des enregistrements afin, de pouvoir le cas échéant, modifier le ton des acteurs. Il suit la diffusion de la campagne de communication et recueille les informations afin d’étudier les retombées médiatiques.

Lire aussi : https://sakralead.home.blog/2019/05/28/saisis-ta-chance-pas-de-cran-pas-de-gloire/

Vous en savez plus maintenant sur la conception-rédaction. Si vous avez une grande imagination, de la créativité, un esprit de synthèse, un amour pour les mots, une ouverture d’esprit et une force de persuasion, vous avez trouvé votre futur emploi.

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=2007550936017911&id=100002890725659

6 PIÈGES QUI T’EMPÊCHENT D’APPRENDRE.

L’apprentissage peut être défini comme un processus d’acquisition de connaissances, d’habilités, de valeurs et d’attitudes. Ce processus se fait au moyen de l’étude, de l’enseignement ou de l’expérience. Il peut être analysé depuis plusieurs perspectives, c’est pourquoi il existe plusieurs théories de l’apprentissage.

Quelle que soit la théorie qu’on adopte, le plus important est que l’apprentissage permet à l’individu d’acquérir une réponse ou un ensemble de réponses qu’il ne possédait pas dans son répertoire. L’apprentissage a donc pour but de nous enrichir. S’il ne poursuit pas cet objectif, il n’est d’aucune utilité.

Ce que nous savons détermine dans une large mesure ce que nous sommes, ce que nous croyons être et ce que nous sommes capables de faire. Ce que nous ignorons est plus grand que ce que nous savons, il faut alors constamment apprendre et actualiser ses informations pour être en phase avec l’évolution de la société.

SILA

Mais apprendre n’est pas pour autant facile lorsqu’on sait que l’homme a des comportements subtils qui l’empêchent de s’ouvrir à de nouvelles expériences. Mais nous ne savons toujours pas que ces comportements sont un réel frein à notre progrès. Les identifier nous permettra de mieux les éviter.

Voici les 6 pièges qui empêchent d’apprendre.

PIÈGE 1 : << JE PRÉFÈRE GARDER LE MÊME FONCTIONNEMENT. >>

Ce qui est familier peut sembler confortable. Les gens pris à ce piège sont attachés à leur réalité présente et se sentent menacés par la nouveauté. Ils ne veulent pas faire l’effort d’apprendre quelque chose de nouveau.

PIÈGE 2 : << AVEC MOI, C’EST DIFFÉRENT. >>


Certaines personnes aiment se sentir uniques, spéciales. Ils se croient différents. Nous sommes certes des individus uniques, mais il est important de demeurer ouvert si nous voulons bénéficier de la connaissance et de l’expérience qui nous viennent de sources éprouvées.

PIÈGE 3 : << J’AI DÉJÀ ESSAYÉ. >>

Les gens évoluent. Les choses changent. La société aussi. Vous ne pouvez pas figer ce qui s’est produit dans le passé, ni en faire une vérité inaltérable. Essayez donc à nouveau.

<< Si tu te laisses gagner par la grosse tête, tu coupes l’alimentation en oxygène de ton cerveau. Cela t’empêche de penser correctement. >> Kevin Liles

PIÈGE 4 : << CE N’EST PAS MON IDÉE ! >>

Cet argument signe probablement un problème de contrôle, ou d’ego. Il est constructif d’essayer de nouveaux moyens et de voir s’ils fonctionnent. Testez de nouvelles idées et gardez celles qui vous enrichissent.

PIÈGE 5 : << CELA ME FAIT PENSER À… >>

Quand les gens entendent parler d’un nouveau concept, ils éprouvent parfois le besoin de le faire entrer dans une  » boîte  » avec laquelle ils sont familiers. Le besoin d’étiqueter nous fait perdre du temps. Quand quelque chose ne fonctionne pas, cessez de l’utiliser et trouvez de meilleures solutions, mais ne rejetez pas systématiquement.

PIÈGE 6 : << PROUVE-LE MOI ! >>

D’autres personnes ne peuvent rien essayer de nouveau, ni même accepter la validité d’une nouvelle approche si on ne peut pas la leur prouver ou si elles n’adhèrent pas aux démonstrations qui expliquent son fonctionnement. Les preuves et les démonstrations sont utiles, mais ce n’est pas le seul moyen de prendre des décisions. L’expérience et l’intuition sont aussi essentielles.

Pour mieux apprendre, il faut laisser son égo aux vestiaires.

Apprendre de nouvelles choses et vivre de nouvelles expériences, ce n’est pas se renier. C’est savoir et comprendre comment d’autres ont réussi à atteindre des objectifs avec des moyens autres que les vôtres.

« SAISIS TA CHANCE » PAS DE CRAN, PAS DE GLOIRE.

« Saisis Ta Chance » est un livre coécrit par l’entrepreneur et producteur musical américain Kevin Liles et la journaliste Samantha Marshall.

Ce livre relate le parcours exceptionnel de Kevin Liles, depuis sa ville natale de Baltimore jusqu’au sommet de l’industrie musicale américaine. Rien ne prédestinait ce jeune issu d’un quartier à haute criminalité à réussir sa vie au point d’être un modèle et une référence pour de nombreuses personnes aujourd’hui. Mais il y est parvenu grâce à un ensemble de règles qu’il a adopté.


 » Si moi, j’ai pu y arriver, toi aussi, tu peux.. »

DE STAGIAIRE À PDG.

Kevin Liles a réussi à devenir le directeur général de Def Jam Records puis de Warner Music Group en ayant démarré comme stagiaire à Def Jam Records. L’histoire de Kevin Liles nous fascine. Il est une motivation pour nous. La vie d’un enfant de Baltimore en proie à la drogue et la violence n’est pas loin de celui d’un enfant des communes d’Abidjan.

Ses enseignements peuvent donc servir toute la jeunesse.

LA RÉUSSITE EST UNE DÉMARCHE.

La réussite de Kevin Liles n’est pas le fruit d’un hasard. il l’a construit autour de 10 règles. Cela nous montre que chacun peut atteindre son objectif  pour peu qu’il suive une démarche. Celle de Kevin Liles se présente comme un bon exemple.

LE PREMIER PAS : DÉCOUVRIR SA PASSION.

Cherche en toi ce que tu aimes vraiment faire. Tu auras besoin de cette passion pour tenir la distance malgré tous les coups durs que tu encaisses sur le chemin.

TROUVE TON IMAGE DE MARQUE.

Choisis ton style. Trouve ton look qui exprime ta personnalité. Riche ou pauvre, il n’y a pas d’excuses pour être négligé ou impoli.

DRESSE TON PLAN DE CARRIÈRE.

Tu as besoin d’une carte routière pour réussir. Transforme la prévoyance et le souci du détail en composantes clés de ta façon de vivre.

OCCUPE TA POSITION.

Aie l’humilité et le respect d’accomplir ton travail le mieux possible, que tu sois terrassier ou standardiste. Tous les grands leaders ont commencé comme ça.

APPRENDS À TE BATTRE.

Si tu apprends à voir le bon côté des coups durs, tu deviendras plus fort, plus sage et plus apte à prendre des risques. Les drames peuvent t’enseigner la tolérance, les erreurs peuvent t’apprendre à mieux faire la prochaine fois.

CULTIVE TON RÉSEAU.

Construis des relations pour qu’elles durent parce que la réussite dans les affaires dépend des échanges positifs entre les gens.

SORS DE TA COQUILLE.

Ouvre-toi à des gens de tous les milieux pour donner à tes idées un rayonnement universel.

L’ARGENT N’EST PAS TOUT.

Attention : l’avidité risque de causer ta perte. L’argent est important, mais il n’est qu’un moyen pour te garantir plus de choix, plus de liberté et plus de sécurité à l’avenir.

AFFICHE TA SOUPLESSE PLUTÔT QUE TA FORCE.

Il n’est jamais trop tôt pour apprendre à mener les autres. Donne l’exemple.


 » Le seul ghetto qui puisse t’empêcher de réussir est le ghetto que tu as dans la tête.  »

Alors maintenant, fais ce que tu as à faire. Saisis ta chance !

LES MOTS SONT DES FENÊTRES ( OU BIEN CE SONT DES MURS )…

Le titre de ce livre m’a fasciné et son contenu encore plus. J’ai donc voulu partager ce trésor avec vous.

La violence, nous la connaissons, nous la voyons, nous la ressentons et la vivons. Elle est partout et règne de nuit comme de jour. L’usage de la violence, sous toutes ses formes, est destructeur autant pour la victime que pour le bourreau. Partant du principe que l’Homme, dans les actes qu’il pose et les propos qu’il tient même ceux jugés violents, recherche son bien-être, il est urgent que nous nous posons ces questions : qu’est-ce qui nourrit le feu de la violence ? Pourquoi sommes-nous violents envers nous-mêmes et les autres ? L’Homme, ne peut-il pas obtenir son bien-être sans faire un recours à la violence ? Dans son livre « LES MOTS SONT DES FENÊTRES OU BIEN CE SONT DES MURS », Marshall B. Rosenberg, nous avons trouvé des réponses peu communes, mais dont la pertinence nous amène à y porter un grand intérêt. De cette lecture, nous retenons que LES HOMMES ONT TOUS DES BESOINS. La méconnaissance ou l’ignorance de ces besoins est fortement susceptible d’amener l’autre à adopter vis-à-vis de nous une posture violente ou à tenir un propos violent. Cela est aussi valable dans notre relation avec nous-même. Ce qui, dans la méthode de Marshall B. Rosenberg, nous fascine, c’est qu’il nous amène à ne pas faire fi de nos besoins et d’être aussi attentifs aux besoins de l’autre. Cela semble être un défi insurmontable au regard de notre aptitude à porter des jugements. Voici donc une démarche que nous propose l’auteur pour y arriver. Une démarche qu’il ne présente pas comme une panacée, mais un processus. Il faut alors du temps et de la pratique pour l’intégrer. Elle comprend quatre (4) composants : l’OBSERVATION, les SENTIMENTS, les BESOINS et les DEMANDES.

Pour parvenir à un désir réciproque du donner du fond du cœur, nous focalisons notre attention sur quatre (4) points :

1- dans un premier temps, nous observons ce qui se passe dans une situation donnée : qu’est-ce qui dans les paroles ou les actes d’autrui contribue ou non à notre bien-être ? L’important est de parvenir à énoncer ces observations sans y mêler des jugements ou d’évaluation – ce qui revient à dire-simplement quels sont les faits que nous apprécions ou nous n’apprécions pas.

2- puis, nous disons ce que nous ressentons en présence de ces faits : sommes-nous tristes, joyeux, inquiets, amusés, fâchés ?

3- en troisième lieu, nous précisions les besoins à l’origine de ses sentiments. » 

4- Enfin, nous adressons à l’autre la demande qui contribue à notre bien-être.

« L’autre aspect consiste à recevoir ces quatre (4) éléments de la part de notre interlocuteur. Dans le message qu’il nous adresse, nous cherchons tout d’abord à percevoir les faits qu’il observe, ce qu’il ressent et les besoins qu’il éprouve, puis à identifier ce qui pourrait contribuer à son bien-être en écoutant le quatrième élément, sa demande. »

La prise de conscience de ces quatre (4) éléments serait une grande révolution dans la construction d’un monde de paix et de compréhension réelle.

La communication NonViolente, au regard des exemples divers présentés et des cas réels résolus par Marshall B. Rosenberg, a fait ses preuves et montrer son efficacité. Cette analyse est l’expression de l’influence positive que le livre a eue sur nous. Pour les personnes ayant le besoin de savoir davantage sur la communication NonViolente et d’aller au-delà de notre analyse, l’ouvrage vous offre une explication détaillée et approfondie des éléments susmentionnés. 

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer